vendredi 30 décembre 2011

Le Président et le Bureau
de l'Association du Patrimoine
de Saint-Césaire-lès-Nîmes
souhaitent une très belle année 2012
aux adhérents et aux lecteurs de ce site

fleurs  printanières  de  l'azerolier,
petit arbre de garrigue à préserver

mercredi 7 décembre 2011

La photo ancienne du mois

Vieux Saint-Césaire 
il y a un siècle :
maisons  paysannes du quartier de l'église
XVII-XVIIIe





lundi 7 novembre 2011

La photo ancienne du mois

Les ruines de la vieille tour du "moulin à vent"
dans les années 1970 menacées d'écroulement.
La construction a été restaurée en 1979
par les "compagnons du devoir"
et une reprise de la toiture pour réparation
a été effectuée en mai 1996 par des volontaires,
adhérents et sympathisants de l'association. 

jeudi 3 novembre 2011

L'association du patrimoine au four et au moulin...

Au four d’abord, et en l’occurrence au "four à chaux",
puisqu’il s’agit du dossier prioritaire de cette année 2011 pour lequel une convention signée avec la Mairie fixe le terme au 31 décembre : après le début du chantier ouvert en juin, après l’interruption estivale, les travaux de restauration des vestiges du petit four artisanal ont pu être réalisés entre le début septembre et la mi-octobre. Aujourd’hui, le bâti menacé d’effondrement a été consolidé et l’ensemble de la construction a été reconstitué, avec en outre la mise à jour du gueulard-cheminée jusqu’ici enfoui sous les gravats. Pour compléter la restauration programmée, l’aménagement paysager des abords sera effectué sous peu. Ainsi, la sauvegarde de ce petit patrimoine ancien (environ deux siècles d’existence) permettra d’envisager des contributions à la fois historiques et pédagogiques auprès des jeunes générations, mais pas seulement.
- voir ci-dessous reportage photos septembre/octobre 2011.

Au moulin ensuite, et plus généralement à la "colline",
dont la préservation au titre de patrimoine naturel s’avère une autre priorité à prendre en compte par tous. Cela passe par un nettoyage régulier du sol, complété ponctuellement d’interventions générales sur le site, par un entretien récurrent de la pinède (une importante intervention d’élagage vient d’être réalisée), mais également du versant-est planté notamment d’oliviers, et du versant-ouest qui abrite quelques spécimens caractéristiques d’arbres de garrigue, et en particulier une belle collection d’azeroliers à sauvegarder.
Cette colline qui constitue l’écrin naturel du moulin à vent et du four à chaux restaurés doit faire l’objet des soins et de la protection qu’impose la présence humaine quotidienne peu soucieuse de l’environnement.
- voir reportage photos septembre 2009.

four au premier plan et moulin en arrière-plan
dans leur écrin naturel de la colline côté ouest.

jeudi 27 octobre 2011

Réhabilitation du four à chaux : le bâti restauré










croquis en coupe frontale : 
principe de fonctionnement et de production artisanale de chaux.

vendredi 7 octobre 2011

La photo ancienne du mois


A la fin du 19e siècle, le transport en commun
 par tram hippomobile mettait Saint-Césaire
... à quelques galops de Nîmes.

lundi 26 septembre 2011

Journées du patrimoine à Saint-Césaire : l'Eglise était au programme.



"Première" pour l'association du patrimoine qui avait convié les personnes intéressées à une visite de l'église, "l'édifice public le plus ancien, visitable au coeur du village". Pendant près de deux heures - samedi 17 septembre dans le cadre des Journées nationales du patrimoine - une quarantaine de personnes présentes ont suivi avec beaucoup d’attention la relation détaillée sur le sujet présentée par le président de l'association Francis Brun, proposant une découverte à la fois historique et architecturale du lieu, dont un classement au niveau régional vient d'être déposé auprès de la DRAC - Direction Régionale des Affaires Culturelles - du Languedoc-Roussillon. De la partie extérieure romane du XIe siècle à l'intérieur de même origine, en passant par la façade au clocher asymétrique du XVIIe, de nombreux détails de construction vinrent étayer les propos du "guide occasionnel", accompagné dans cette tâche par Mme Marie-Hélène Naval, archiviste à l’Évêché, dont les compléments d'information sur la coquille Saint-Jacques du frontispice et sur l'histoire locale de la Charité furent également forts appréciés par l'auditoire. Un très intéressant voyage dans le temps, et dans l'esprit du thème des Journées - le voyage justement - à mettre à l'actif de l'association du patrimoine, pour qui la réussite de cette première initiative laisse augurer une suite à donner à ce rendez-vous annuel. 

vue sur l'abside romane

 le clocher asymétrique

 portail style maniériste - 1668

choeur du 11e siècle

lundi 12 septembre 2011

Réhabilitation du four à chaux : chantier ouvert début septembre.




Dégagement de la partie fragilisée par le temps...

jusqu'à la roche d'appui...

pour reconstitution du mur en façade...

et consolidation du remplissage d'origine...

avec réutilisation des pierres récupérées.

Maurice Roustan, spécialiste de la pierre sèche,
en pleine action.

côté nord - déblaiement du gueulard...

... apparition de l'orifice supérieur...

et dégagement sur 1 m. environ



dimanche 4 septembre 2011

La photo ancienne du mois


La cave coopérative des vignerons
construite en 1925 :
elle fut pendant près de 50 ans le poumon économique
du village banlieusard, essentiellement agricole.
En septembre, période des vendanges,
elle devenait le centre d'intérêt principal
d'une grande partie de la population saint-césairoise.



samedi 27 août 2011

jeudi 7 juillet 2011

La photo ancienne du mois


Le temple dit protestant date de 1821,
et les deux micocouliers sont toujours à leur place.
Cette carte postale qui témoigne du maintien de l'aspect d'origine
a été envoyée en août 1911, voici 100 ans,
de Saint-Césaire.... à Nîmes !



jeudi 30 juin 2011

Réhabilitation du four à chaux primitif : chantier ouvert.

La première phase des travaux concernant le dégagement d'ensemble de la construction s'est déroulée sur la journée du jeudi 16 juin : débroussaillement des abords, coupe et arrachage d'arbustes et de végétation envahissante, aménagement du remblai en façade et de part et autre du four.






La deuxième phase, qui va concerner la restauration elle-même, devrait suivre sous peu.

mardi 7 juin 2011

La photo ancienne du mois

Arrivée d'un train de voyageurs en gare de Saint-Césaire,
première station de la ligne de chemin de fer Nîmes-Montpellier
ouverte au public en 1845.
La gare devint quelques années plus tard un carrefour ferroviaire
très important pour le développement économique de la région,
avec la création de l'embranchement vers Aigues-Mortes en 1873
(le prolongement vers la mer et les plages du Grau-du-Roi
fut réalisé par la suite et ne fut ouvert qu'en 1909),
et de celui desservant la Vaunage jusqu'à Sommières en 1882,
se raccordant alors à la voie ferrée ouverte depuis 1874
et reliant Lunel à la sous-préfecture cévenole du Vigan. 

Notre patrimoine immatériel

Lorsque l'on parle de patrimoine, il ne vient en général à l'esprit que le seul patrimoine dit "matériel" : biens immobiliers, fonciers, familiaux, ou encore biens publics.
Au niveau mondial, qui n'a pas entendu parler du "patrimoine de l'humanité" dont l'UNESCO (Organisation des Nations Unies pour l'Education, la Science, et la Culture) est l'organe universel décisionnaire, et responsable de la "convention pour le patrimoine mondial" élaborée en 1972 : grâce à la liste établie et régulièrement complétée, sur demande des états, la préservation de monuments et d'ensembles architecturaux, de sites naturels, sont protégés et aujourd'hui mondialement connus. Parmi les demandes françaises en cours de classement figure "les Cévennes et les Grands Causses".
Un autre aspect du patrimoine de l'humanité objet de sauvegarde concerne également "l'immatériel" : il faut entendre par là non plus ce qui est manifeste, visible, concret, mais plutôt tout ce qui interpelle l'esprit et la réflexion. Est donc considéré "patrimoine immatériel" les expressions artistiques, les coutumes et traditions, les folklores, danses et chants, les savoir-faire ancestraux, tout ce qui relève de l'éphémère en général, tel le "repas de la gastronomie des français" récemment classé en 2010...
Et si l'on étendait ce patrimoine immatériel à ce qui touche au comportement de l'individu ?
En effet, chacun de nous est porteur d'un patrimoine plus ou moins affiché qui relève de l'éducation et qui constitue notre capital immatériel : tout naturellement, sous l'influence de nos propres caractères, l'expression éphémère et spontanée de ce patrimoine enfoui peut faire de chacun de nous un individu déshumanisé aux yeux des autres, tout aussi bien qu'un individu représentatif de valeurs humaines. Tout n'est pas à prendre dans le patrimoine immatériel : il faut y puiser le meilleur, établir la liste de tout ce qui est bon à transmettre aux générations dont nous sommes les éducateurs, nos enfants et nos petits-enfants.
Notre rôle est essentiel pour sauvegarder, restaurer, et favoriser les comportements basés sur la convivialité, la courtoisie, le respect des autres, l'esprit civique, la politesse, autant d'expressions "immatérielles" à préserver et sur lesquelles nous nous devons d'intervenir quotidiennement.
Expressions de qualité de vie, c'est aussi de cela dont il s'agit.
F. Brun

Article pour le bulletin du comité de quartier St Césaire-Mas Roman "Echo du Moulin" - juin 2011.

samedi 7 mai 2011

La photo ancienne du mois

Le lavoir public au temps des "bugadières".
Sa construction date de 1904-1905, 
grâce à l'amenée d'eau du Rhône par canalisations depuis Nîmes :
il fut pendant près de trois-quarts de siècle
le lieu populaire féminin le plus fréquenté,
et le plus informé, du village.
Inutilisé depuis les années 1970, il a été sauvegardé en 1992,
puis restauré en son état d'origine en 1995.
Il est depuis entretenu par des bénévoles
 de l'association du patrimoine.

jeudi 7 avril 2011

La photo ancienne du mois

L'église - XIe siècle - est le plus ancien édifice du village
dont elle est à l'origine,
et constitue "la seule église romane qui ait été sauvegardée
sur le territoire de la ville de Nîmes"
(cit. Eglises romanes oubliées du bas-languedoc,
 Pierre A. Clément).
Photo prise au début du XXe siècle.

jeudi 24 mars 2011

Réhabilitation et mise en valeur du four à chaux artisanal

Le chantier de sauvegarde et de restauration fait l'objet d'une Convention signée entre la Mairie de Nîmes et l'association du patrimoine de Saint-Césaire, pour une durée de 1 an allant du
1er janvier au 31 décembre 2011.

Le planning arrêté se déroulera en 3 phases : 1/préparation, 2/restauration, 3/finition.

Prise en charge financière adoptée  par le Conseil de Quartier de Nîmes-Ouest en février 2011 (M. Richard Tibérino, Président) :
- débroussaillage du site et de ses alentours        / 1 préparation
- arrachage des arbustes contre le bâti               /     """""""""""""
- dégagement du remblai devant le four              /     """""""""""""
- mise en place d'un stabilisé devant le four        /  3  finition
- mise en valeur des végétaux existants et
  complément de végétaux adaptés au site          /       """""""
- pose d'un panneau d'information sur le site      /        """""""

Prise en charge financière adoptée par le Conseil Municipal de la Ville de Nîmes en novembre 2010 (M. Jean-Paul Fournier, Maire) :
- lavage haute pression de l'ensemble,                  /   2  restauration
- remontage du mur côté gauche au mortier de chaux, /    """"""""
- reprise et reconstitution du couronnement sommital   /   """"""""
  du mur de façade et de la partie constituant la voûte,
- reprise des pierres décollées ou en mauvais état,      /    """"""""
  afin de refaire l'uniformité de l'ensemble,                  
- rejointement de l'ensemble de la façade,                  /     """"""""
- curage du gueulard.                                                 /     """"""""

Les travaux de restauration seront confiés à l'Association de Sauvegarde Et de Restauration du Patrimoine Urbain et Rural (ASERPUR - Gard, responsable M. Maurice Roustan)



lundi 7 mars 2011

La photo ancienne du mois

 Place du village sous la neige il y a un siècle :
la jeune génération saint-césairoise
 devant le griffe installé en 1904
(à noter que les platanes sont aujourd'hui
de magnifiques centenaires)

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

L'assemblée générale annuelle de l'association est fixée au mercredi 16 mars 2011 à partir de 18h30, et se tiendra dans la salle municipale de la rue de Mascard à Saint-Césaire :
cette assemblée publique est ouverte à tous les habitants du village qui souhaitent manifester leur intérêt pour la préservation du patrimoine bâti de proximité et pour la protection de l'environnement. En particulier, les nouveaux résidents - du quartier ancien ou de la périphérie - pourront être informés des réalisations d’ores et déjà concrétisées et des objectifs envisagés.
Le bureau de l'association compte sur le soutien d'un grand nombre de participants pour mener à bien les initiatives en cours, et poursuivre son action en faveur de la mémoire collective.