lundi 17 avril 2017

La photo du mois


Vue partielle du versant oriental de la "colline du moulin à vent" :

 lieu de promenade et précieux jardin aux

espèces méditerranéennes, faune et flore,

à sauvegarder, à protéger,

 à classer et valoriser

 au titre des espaces naturels forestiers

 du site de Saint-Césaire.

 

samedi 18 mars 2017

La photo du mois


La gare de Saint-Césaire vue du côté village,
début des années 1940.
A gauche, la voie routière reliant la route de Sommières
à la route de Montpellier franchissait la voie ferrée :
le passage à niveau était sécurisé de jour et de nuit
par une double barrière manœuvrée manuellement
 par un garde-barrière en alternance.
A noter la profusion de poteaux de lignes électriques
qui peut paraitre anarchique,
... et l'absence de caténaire sur la voie ferrée
(électrification de la ligne ferroviaire Nîmes-Sète
 mise en service à partir d'octobre 1947).
C'était alors la belle époque des fumantes machines à vapeur !
 


vendredi 17 mars 2017

Communiqué


 õ

 L’association tiendra son assemblée générale

mercredi 29 mars 2017 à partir de 18 heures 30,

salle municipale Rue de Masquard à Saint-Césaire.

 õ

 
À l’ordre du jour :

- bilans d’activité et comptabilité de l’association,

- propositions pour 2017 et questions diverses.

 
L’assemblée générale est ouverte à tous les habitants du village qui souhaitent manifester leur intérêt pour la préservation du petit patrimoine public et pour la protection de l’environnement. En particulier, les nouveaux résidents – du quartier ancien ou de la périphérie – pourront être informés des réalisations d’ores et déjà concrétisées et des objectifs envisagés.

Le bureau de l’association compte sur le soutien d’un grand nombre de saint-césairois pour mener à bien les initiatives et dossiers en cours,     afin de poursuivre son action en faveur de la mémoire collective.

Il vous convie amicalement à réserver votre fin de journée du 29 mars pour participer à cette assemblée générale statutaire annuelle.

 
õ

 

mercredi 11 janvier 2017

La photo du mois

            Si ce n'était le bitume dans la cour, cette vue extérieure du bâtiment "des filles" pourrait être datée de 1950 :

- à gauche sous le préau, la seule classe mixte de l'école primaire accueillait les enfants de CP, filles et garçons.

- les deux grandes classes (double baie chacune) étaient réservées aux filles uniquement, du cours élémentaire au           cours de "certificat de fin d'études". 

Une institution scolaire et sentimentale chère au cœur des saint-césairois, qui l'ont inscrite dans le "circuit du patrimoine historique du village". 



samedi 7 janvier 2017

Feuille d'infos recto n° 32


 « La sensibilisation aux patrimoines, culturel, naturel, et bâti,

 implique  une éducation à la citoyenneté » (Carrefour des Patrimoines)

 

" Mémoire et Patrimoine "


Feuille périodique d’informations
de l’Association du Patrimoine de 
Saint-Césaire

But : sauvegarde et restauration du patrimoine public, 
recherche historique, préservation de l’environnement naturel,
 amélioration du cadre de vie du village 
de Saint-Césaire-lès-Nîmes



Association loi 1901, fondée le 2 juillet 1992  -   
N° 32  –  Décembre  2016   -             



Le circuit du patrimoine fait étape à l’école

Initié en juin 2012 par la pose d’une première plaque au "lavoir public", le jalonnement du circuit se met en place petit à petit au fil des rues du vieux village :    en cette année 2016 dont le thème principal fut celui de la célébration des 80 ans du groupe scolaire, la pose des plaques relatives aux deux composantes de l’école primaire, parties intégrantes de l’histoire et du patrimoine saint-césairois, était à l’ordre du jour. Á l’occasion du dévoilement de celles-ci, le samedi 10 décembre à 11 heures, l’association avait convié les adhérents et sympathisants à une cérémonie qui s’est déroulée en deux temps : "école élémentaire" d’abord, "école maternelle" ensuite, l’une et l’autre des plaques apposées aux façades d’entrée faisant l’objet de commentaires de présentation à charge du président. 
Ont honorés de leur présence à cette manifestation, Richard Tibérino (adjoint au maire délégué à Saint-Césaire), Alain Clary (ex-maire de Nîmes 1995/2001), Marie Siffre (directrice école élémentaire) et Anne-Sophie Blachère Louette (école maternelle) ainsi que André Gaissad, l’un des doyens de l’école primaire, lequel a réalisé et offert à l’école en juin 2016 une originale sculpture "Crocodile et Palmier", inaugurée ce jour dans le hall d’entrée du groupe scolaire.
Le "circuit historique du patrimoine saint-césairois" compte aujourd’hui 9 panneaux sur les 17 que l’association envisage d’installer : ainsi à terme, l’itinéraire sera complété par un dépliant explicatif.


Assemblée générale

Le bureau envisage de convoquer l’assemblée générale annuelle dans la dernière semaine de mars 2017 : la date sera arrêtée en fonction du planning d’utilisation de la salle municipale. Elle sera communiquée en temps voulu par courrier (adhérents) et avis (sympathisants).




Zoom    sur  un  autre Saint-Césaire
 

La chapelle Saint-Césaire de Château-Bas est un bel exemple d’architecture romane du 11ème siècle. 

Pour la voir, il faut se rendre à Vernègues, village de caractère situé dans les Bouches-du-Rhône, à 10 km au nord-est de Salon de Provence ; la commune, du nom de Vernègues-Cazan, s’inscrit dans le massif collinaire des Costes à 352 m. d’altitude: agréable circuit de villages provençaux typiques, tels Alleins, Aurons, La Barben, Pélissane, belle balade bucco-rhodanienne de découverte. 

En pleine campagne, entre les deux sites communaux, la petite chapelle apparait au milieu des vestiges d’un monument antique, le temple romain de Château-bas, appelé aussi Temple de Diane (1er siècle avant notre ère). Classées sur la première liste des monuments historiques établie en 1840, ces ruines abritent la chapelle médiévale adossée au temple dont elle utilise le mur oriental. De dimensions modestes, elle est construite en gros moellons de pierres de taille et couverte de dalles calcaires soutenues par une corniche avec moulure : très caractéristique de l’art roman provençal du haut Moyen-âge, elle a été dédiée à Césaire d’Arles en 1054, au titre du Chapitre de la cité arlésienne dont elle dépendait. 

Á noter dans votre agenda 2017, cette bonne idée de promenade en Provence, entre Alpilles et Luberon. 



Souvenir

Il fut durant trois-quarts de siècle la "figure de proue" de la collectivité villageoise, marquant de sa présence quotidienne plusieurs générations de saint-césairois : homme de cœur, d’engagement et de convictions, disponible et populaire, 
Gaston Lessut  nous a quittés depuis déjà 20 ans, en 1996. 

 In memoriam !



Le Président et les membres du bureau

souhaitent aux adhérents, sympathisants, 

et leurs familles,

ainsi qu'à tous les lecteurs du site de l'association,

une très belle année 2017 !





Coordonnées de correspondance : 
siège social de l’association du patrimoine, 
83 rue de la plaine 30900 Nîmes  

Messagerie électronique : patrimoine-stcesaire@hotmail.fr 


mardi 15 novembre 2016

La photo du mois


Oliviers replantés
sur la colline du moulin à vent.
 Ils furent l'arbre-roi
sur le territoire de Saint-Césaire
jusqu'en février 1956 :
le gel persistant et profond
qui atteignit ce mois-là
des températures négatives historiques
décima la quasi totalité des olivettes locales ...
et régionales.

Hiver 1956 : un glaçon dans la mémoire !...

Ceux qui l’ont vécu voici soixante ans ne l’ont jamais oublié :
succédant à un mois de janvier normal, voire relativement doux, la France entière s’est vue brutalement envahie par une vague de froid qualifié de "sibérien".
Et durable : un mois complet, du 1er au 28 février !!!...
(retour à la normale à partir du 29, année bissextile).
Du jamais vu auparavant au 20ème siècle, et sans récidive depuis.
 
En quarante-huit heures, au début de ce mois de février, neige, gel, vent glacial, s’abattirent partout sur le pays avec plus ou moins d’intensité suivant les régions, mais de façon inhabituelle sur le sud notamment : transports routiers paralysés, activité ferroviaire bloquée, fleuves gelés, vie économique perturbée à l’échelle de l’Europe occidentale, nos voisins frontaliers étant également plongés dans cet épisode impressionnant, aux conséquences dramatiques – près de 1000 victimes dénombrées en Europe !
 
A Nîmes, la température devenait négative dès le 1er février (près de moins 6°) et continuait à chuter brutalement les jours suivants (– 11° le 2: la courbe du mercure allait alors évoluer en dents de scie jusqu’à la fin du mois, les maximales variant de 9°8 à – 9°8, les minimales de – 1 à près de – 14, des valeurs de température inférieures de 20° par rapport aux normes habituelles de saison dans notre région.
A Nîmes toujours, le paroxysme allait être atteint le vendredi 10, le thermomètre affichant – 13,6° (!!) sans dépasser - 9°8 au meilleur moment de la journée, record de froid enregistré à Nîmes, à battre !...
C’est dire que se déplacer sur un sol continuellement gelé était devenu l’exercice le plus périlleux auquel nous étions soumis, car il fallait bien que la vie suive son cours en essayant de s’adapter au mieux : pour se protéger de la rigueur du froid, on doublait l’équipement vestimentaire, doubles chaussettes, doubles tricots, caleçons longs sous les pantalons, écharpes et bonnets protégeant les oreilles, nous restions quasiment habillés la nuit sous les couches de couvertures, en réchauffant le lit avec bouillottes et briques. Pour les collégiens et lycéens d’alors dont je faisais partie, le meilleur moment de la journée était le trajet en bus de Saint-Césaire à Nîmes : garçons et filles, nous nous agglutinions au fond du car (debout), bien serrés les uns contre les autres, une aubaine de circonstance qui nous faisait trouver le trajet trop court…
 
Mais ce qu’il reste dans la mémoire collective en référence à ce terrible mois de février 1956, et le marque, c’est l’anéantissement par le gel des olivaies, dont la quasi-totalité de l’important domaine ceinturant Saint-Césaire ne survivra pas ici, comme ailleurs dans la région et l’ensemble méditerranéen.
Ce fut certes exceptionnel, mais nous savons bien que la violence des caprices météorologiques soudains se confronte épisodiquement aux limites humaines… et que les records sont établis pour être battus !...

Francis Brun

 

jeudi 20 octobre 2016

La photo du mois


 
Une première pour l'association du patrimoine
de Saint-Césaire :
belle opportunité offerte par le bureau
à ses adhérents et sympathisants,
que cette conférence sur le thème proposé
par M. Jean-Marie Rosenstein
le samedi 15 octobre,
salle municipale rue de Masquard.
Les propos du conférencier,
à la fois historiques et techniques,
soutenus par la projection
de vieilles cartes postales d'époque,
émaillés d'anecdotes puisées
dans les archives notamment,
ont captivé l'auditoire une heure durant,
au cours de cette balade
dans la mémoire régionale et
le patrimoine des transports hippomobiles.